vendredi 19 juin 2009

Cette liberté , cette liberté.cette.....



Frère François Martin


Je côtoie des amis qui passent leur temps à brader leur temps de vie.
Il l'a dissèque en petits morceaux...un peu pour toi un peu pour moi un peu pour nous.
Cette équation des compromis à rabais...où l'on ne vit rien de façon entière.
Ces petits bouts de vies,qui ne s'additionnent pas mais soustraient l'intensité.

Il arrive un moment où il y a un déficit de vie.
Mais à quel moment on n'arrime à rien?
Quand on a tout donné et rien pris?
Quand on a tout pris et rien donné?
La règle acceptable est laquelle?
50% pour moi 50% pour le reste ?
90% ?
L'acceptabilité provient alors du degré de compromis de l'Autre personne.
Peut-elle accepter d'être ce 50% ce 10%?
Compromis, concession... le vide dans l'intensité.



J'observe ce nouvel ami qui a un sens des responsabilité très ancrées, et qui joue une part entière de sa vie en multipliant les stratégies de bonne conscience.
Il semble malheureux, essoufflé de tant de retenue.

Son désir de vivre est rattrapé par le poids entier de ce qu'il a engrangé.
Son idée de la famille demande un sacrifice...le sien.
Je le vois avancer en tirant de toutes ses forces ,sur les attentes qu'on a de lui.

Être soi demande combien de degré liberté...

Plusieurs libertés en font-elles une seule?
Ce que l'on égraine en comptant les soupirs de déception
Que l'on tente vainement de garder au creux de sa vie
Peut-on en vivre un peu plus ?
Vivre en comptant ce que l'on peut encore monnayer..

La liberté de vivre est suspendue à notre morale.
J'espère qu'à la fin de ma vie elle répondra "présente"
quand les bilans seront tout ce qui nous reste.

33 commentaires:

Bluebird a dit…

Etre soi... Ca demande tant de choses, tant d'efforts. Magnifique texte.
L'oiseau

NanouB973 a dit…

je l'ai lu plusieurs fois, un sentiment de malaise...
on se pose toute sa vie des questions Noèse...mais qui serions nous si on ne donnait pas ? tu le sais pour moi, je ne me pose plus toutes ces questions sur la vie...du jour ou j'ai été si près de la perdre !et j'y ai gagné en sérénité.j'aimerai qu'il en soit de même pour toi, sans passer bien sûr par la case ou je suis passée...
je t'embrasse de toute mon amitié...
et je t'invite dans ma piscine (j'ai rajouté une photo rien que pour toi...)

NanouB973 a dit…

tout bien réfléchi....je m'en pose encore des questions...

noèse cogite a dit…

Merci BB pour le compliment! C'est gentil. Effectivement être soi c'est si difficile que ça prend toute une vie.
Nanou..amitié à toi aussi..tu sais que je me suis mis sérieusement à la natation...3x sem....si ce n'était toute cette immense distance:)

Merci pour ta réflexion...je poursuis la mienne avec les vôtres.

Rackham Le Rouge a dit…

Toutes les obligations de vie qu'on s'impose, n'oblige en rien les autres.
Mais on attend quand même...

Pour ça peut-être que beaucoup prenne un chien...

En toute dérision et réflexion, Noèse et et bienvenue l'un chez l'autre !

De mon bateau...
Jack

Bérénice a dit…

Notre liberté est de rester fidèles à nous mêmes.
Toujours juste Noèse et vraie !

Bérénice a dit…

Petite précision pour éviter une confusion : la dernière phrase est pour toi, Noèse.

noèse cogite a dit…

Merci Bérénice de ta visite et du compliment..je te le rends d'ailleurs:)

Sophie and la family a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sophie and la family a dit…

Les obligations qui s'additionnent tout au long de notre vie rapetissent d'autant comme peau de chagrin notre liberté.

Peut-on tout plaquer pour le fameux MOI?
Dès qu'il y a relations a plus d'une personne , la liberté se transforme en mode concession.

Etre soit ce serait-il être a l'écoute de nos valeurs qui font ce qui nous définit?

Karine a dit…

Que d'échos ton texte suscite à ce stade de ma vie... j'ai décidé de prendre soin de moi, de continuer ma vie en ayant une place; on verra bien ce qu'il en adviendra!
Je te souhaite de trouver la tienne; je pense que se faire la réfléxion est déjà très important :)

noèse cogite a dit…

S'approprier des pans de sa vie est toujours à refaire.Merci Karine de ton passage:)

esquisse a dit…

je pensais,que c'etait un peu comme la modestie...dire qu'on est modeste c'est deja ne plus l'etre...Est ce que justement on peut prendre toute cette liberte pour rester fidele a cette image ...d'etre soi.Si on etait sur de l'etre pourquoi toutes ces interrogations a savoir si cet etat de liberte ne va pas nuire par notre simple présence,si on empiete pas sur quelqu'un,si on a bien fait de dire ou de penser çertaines choses,et si en étant soi tout etait bon a dire...
est ce que c'est possible d'etre soi,seul,trancher et ne s'accorder aucun doute...je sais que ça ne veut pas dire etre sur,mais ne dépendons nous pas toujours de quelqu'un ou quelque chose pour essayer de répondre,avancer et etre persuader qu'on a bien fait...si etre soit c'est etre un peu de nous ou d'eux...?
Est ce qu'on arrive a etre soi avec l'experience des siens ou de quelques autres...est ce qu'a vouloir etre soi on ne risque pas d'etre seul?ou alors etre soi mais etre un peu comme eux...Noese ta reflexion me met des doutes sur ma perceptions des choses,j'avoue que je ne sais plus trop qui je suis a cet instant!!!est ce vraiment moi?
Amities ,et belles pensées...

Mots d'Elle a dit…

J'admire toujours la sagesse de tes textes Noèse, et ton recul aussi. Je ne sais pas à quel moment on s'interroge sur le sens profond de la vie, sur son intensité. Je pense aussi qu'on peut trouver un sens à éparpiller son temps de vie, parce qu'au final, se trouver face à face avec soi-même, et bien ça doit être drôlement difficile je crois, voire angoissant.
La liberté peut être une prison sans porte, trop vaste, trop illimitée...

lucia mel a dit…

très juste ce que tu dis, et combien de fois je me sens prise dans ces décomptes... demain, je voudrais voir tant de gens, et tant de gens en une journée ça va pas être possible... alors... un peu chacun, pas assez chacun... courir de l'un à l'autre... je m'y perds un moment. Puis, simplement, je me laisse porter, la vie, elle, sait me guider au bon endroit.

Balmolok a dit…

Nous en connaissons tous de ces personnes qui sont débordées par la moitié de ce que les autres font calmement en peu de temps. Ils sont comme le lapin blanc d'Alice et ne fuient que leur propre image (leurs démons). J'aime donner du temps aux autres et que les autres m'offrent le leur. Les "lapins blancs" de ma vie savent que je suis là pour eux mais je ne prend pas les 50% de leur 10%, ça ne me suffit pas. Je fais mes choix.

noèse cogite a dit…

Mots D'elle ..mes réflexions sont au coeur de ma vie,,Ton passage est très apprécié...j'ai été chez toi lire tes mots qui m'émeuvent toujours.

Lucia Mel, ton instinct est un guide,je t'envie. Un plaisir de te lire:)
Balomok..tu sembles être entière dans tes choix...je t'envies,,les miens sont déterminés par la vie de ceux que j'aime..merci d'être passé avec tes mors:)

France a dit…

Merc i pour ton texte et ton passage chez moi. je ne connais pas ta région. La Bretagne oui il faut la visiter pour le tmeps on ne fait plus attention. Bonne journée

Loulou a dit…

Je suis très touchée par tous vos écrits, ceux d'une femme et ceux d'une mère ! Vous avez cette facilité de mettre les choses en mots et me sens liée à vous par tant d'émotions partagées ! Vous lire... c'est comme une évidence !

noèse cogite a dit…

Merci de votre passage loulou.
Que mes réflexions peuvent venir toucher quelque chose en vous..j'en suis très heureuse..c'est pour communiquer que je fais ce blog:)

Catherine a dit…

Bonne fête les Québécois. XXXX

Sandra a dit…

Bonjour je découvre votre blog grace à France. Je continue donc ma balade bonne journée

noèse cogite a dit…

Gentil Catherine!! :)


bienvenue à toi Sandra:)

MARIE a dit…

Je prends cette liberté aux détours de tes mots d'apposer les miens , je me sens en écho avec ce que tu écris , et je les ressens tellement !
J'aime tes réflexions , elles suscitent de superbes commentaires tous aussi riches !!!
Ah liberté chérie ! ^^;o)
Douce journée ...

Pensées amicales ... :o)

NanouB973 a dit…

Coucou Chère Noèse, je reviens juste te faire un petit bisou affectueux avant de m'éclipser trois jours voir la moitié de ma petite famille càd : ma grande, mon gendre et leurs 3 enfants. l'autre moitié dans 15 jrs...
et bien sûr je pars avec MA MOITIE :-)
à très bientôt

comm and come a dit…

Le JE est souvent un ON, car on s'accommode des autres pour ne plus être finalement le JE initial... Merci pour ce texte :)

noèse cogite a dit…

Merci de ton passage C&C..toujours apprécié tes réflexions..le JE qui est un ON..oui..on est l'addition des autres,un genre de concentré d'humanité.

Serge a dit…

Encore un super texte, Noèse, c'est vrai, même si je n'adhère pas à ces questionnements, mais tu me connais un peu ma prétention avouée d'avoir trouvé rapidement un équilibre, de retomber sur mes pattes, d'avoir ce sentiment de suivre MON chemin, celui qui me rend heureux, celui que j'ai choisi et que rien ne m'en déroutera.
Je ne voudrais pas à avoir à me poser ces questions aujourd'hui.

Renaud a dit…

Tu sais toujours trouver les mots Noèse et j'ai beaucoup à apprendre de toi. Ce que tu exposes, j'en ai pleine conscience. Mais il est toujours cette barrière invisible, fondée par tel ou tel autre vécu, qui bride l'intéressé à ses racines, sans qu'il ne sache s'en détacher. Il est aveugle et peut l'être à vie... il n'aura peut-être jamais trouvé son chemin.
Bise

noèse cogite a dit…

Serge..un revenant:)
Ton été semble très occupé..j'espère que tout va TRÈS bien pour toi:)
Oui je crois savoir en te lisant ..que ta liberté n'a pas trop d'entrave et tant mieux!


Renaud..merci de ton passage et de ton commentaire..j'apprécie vraiment:)
Contente de voir que mes réflexions peuvent apporter quelque chose:)

esquisse a dit…

juste un grand ecart entre deux territoires pour ,venir te saluer et laisser vagabonder ses pensées qu'on se plait a partager.
Noese,ce n'est qu'une présence invisible qui peu prendre beaucoup de place en soi,et tout les jours comme un jardin je me plais a la cultiver...
Puisque les pensées peuvent aussi etre des douces fleurs ,je te les envoies en bouquet...
toi et ta petite famille,et ta maman...
amicalement.
Bises

noèse cogite a dit…

Esquisse tu es un jardin "humain",,ta présence est toujours apaisante..:)
Amitié

elle-c-dit a dit…

Merci de ton passage là bas..
Pour ma part , j'en suis encore à chercher l'équilibre.. peut être un p'ti peu trop sauv'teur donc les autres prennent beaucoup... Et moi j'me gère souvent seule..