samedi 21 mars 2009

L'autre langage





Il existe un langage qu'on ne peut apprendre que par soi-même.
Pour une mère ,très difficile de ne pouvoir le transmettre.
Tout ce qui est en exergue n'a pas encore de sens
Nous sommes condamnés à les regarder s'écorcher vifs.
Les monstres de leur enfance deviennent adultes
Et nous n'y pouvons rien.


Ce qui a marqué, déchiré , arraché, transmuté
ne peut s'offrir à pleines mains.
Même du bout des doigts ,il révulse.


Tout ce temps perdu à réinventer
les pas qui sont d'avance, perdus.
À réinventer la douleur
Les déserts nocturnes



Tous les mots répétés ,entrés doucement
Pour offrir un abc qu'elle saura épeler
Différemment de moi.


Peut-être parlera-t-elle mieux que moi
cette autre langue...celle de l'expérience.

14 commentaires:

lucia mel a dit…

nos doigts se touchent, nos mots se souviennent, nos sangs s'enchaînent, les liens se font... se défont... rien ne retient définitivement personne, seul ce que certains appellent amour... nous emmèle les uns aux autres.

MARIE a dit…

On a chacun notre langage parfois ils sont signes pour devenir cygnes , ils dansent à tâtons en miroir pour découvrir sans trop se découvrir , parfois ils réfléchissent sans réfléchir ...Mais ils restent toujours les bases que l'on a transmis ...

Douce journée ...

Amitié ... :o)

Balmolok a dit…

Mais elle est déjà si différente. Tu le sais.

Myel a dit…

Tes mots traduisent cette émotion singulière qui m'étreint quand je regarde mes filles devenir des femmes ! Pas toujours évident de passer le flambeau car elles tendent la main pour le prendre et ne prennent pas garde à l'endroit où elles posent les pieds.Je trouve très juste aussi ce que disent lucia mel et MARIE...

noèse cogite a dit…

Merci de vos commentaires de vie..
toujours agréable de voir la résonance chez mes amis:)

gas2 a dit…

elles parlent souvent un langage différent mais si la forme n'est plus la même, le fond ressort toujours. Ce qu'on leur a enseigné, qu'elles mettent des années à digérer parfois, tut te rend compte qu'elles l'apportent à leurs enfants, c'est émouvant de voir çà, c'est ce que je ressens face à elles. l'adolescence de l'une a été très dure pour elle et moi, la petite devant "ces troubles" est passée à côté et ne m'a donné aucun souci. on les élève pareil, on a pas les mêmes résultats de suite ! Moi aujourd'hui"hui je les savoure et je te souhaite , et je vous souhaite, à toutes les mamans, ce bonheur là ! Nos filles : sujet ô combien inépuisable !
gros bisouuuuuuu chère Noèse !

MA GUYANE a dit…

oh noèse je te répond de chez mon amie , c'était Nanou le com au dessus

noèse cogite a dit…

Inépuisable...
Le passage d'une étape de vie à une autre est très initiatique , autant pour les mères que pour leur filles.
Le cordon se coupe dans les 2 sens....prêt pas prêt :)

comm and come a dit…

c'est par les expériences qu'on apprend ;)

noèse cogite a dit…

Effectivement C&C ..et si on transmettait l'expérience très tôt ds le développement de l'humain...peut-être qu'il n'y aurait pas eu un tel développement ds l'évolution...
Mais l'expérience peut aussi être un genre de raccourci..intégré, digéré. On peut passer à autre chose, plusieurs problèmes pourraient être ENFIN régler..comme la religion...par ex......:)

HelLutte a dit…

Très belle réflexion sur la transmission. Merci Noèse. Je me permets d'offrir ici un lien d'une autre bloggeuse pour continuer le sujet:
http://duli2.canalblog.com/archives/2009/03/24/10449802.html

noèse cogite a dit…

Merci Hélène..j'y suis allé,,,quelle 'belle' humanité!

Ile Eniger a dit…

Mais quelle chance que "la différence" ! elle permet de bénéficier de regards autres tout en intégrant celui de chacun.
Merci Noèse Cogite de votre belle réflexion et de vos passages sur mon site. Amicalement, Ile

noèse cogite a dit…

Merci de votre passage MME Eniger.
Effectivement...la différence est une richesse et ce à tous les niveaux