mercredi 7 janvier 2009

Essayons la joie


Je vais tenter un exercice... emprunter le regard de Catherine et regarder le temps passé.
Étrangement ce qui apparaît de suite..ce sont les moments de reconstruction..qui apparaissent comme des joies.
Mais le sont-ils?
Après que le malheur soit passé, il y a l'autre regard..celui de la délivrance..Celui-ci est un moment de répit et un moment de redéfinition de ce que l'on est.

Il y a eu:
La joie après plusieurs années de vie amoureuse..d'y croire encore.
La joie de reprendre un café seule après avoir vécu en couple .
la joie d'une amitié nouvelle après la désertion .
La joie de se regarder soi-même avec amour et tendresse...à nouveau.
La joie d'avoir un enfant en santé après avoir frôler un désastre.
La joie d'avoir choisi de vivre.
La joie de sourire et de rire sans amertume, sans regret.
La joie d'être réuni avec des êtres vrais et intègres .




Avoir "survécu" à de grandes tristesses , m'a donné une solide lecture de la vie.
Les danger dans la reconstruction..ce sont les ponts que nous coupons vers d'autres expériences.
Le danger de se fermer...j'ai choisi de croire en l'être humain..malgré tout.
Ce sont seulement les attentes qui ce sont amenuisées, une compréhension des relations humaines ( qu'y a-t-il d'autre?), m'a permis de ne pas tout donner et de ne pas tout prendre,
appris à jauger...le poids du regard ..toute une vie pour l'apprendre.
Oui oui la joie..ce moment où tout devient vrai. C'est peut-être un philtre.
La joie est un éclaire , l'empreinte ne dure pas longtemps mais elle est bonne.

Mais ce spleen qui nous fait pousser des soupirs...est une source de bienveillance..on apprend la compassion, à arrêter notre regard ..à le poser un moment .
Je vois que mes joies ne m'ont jamais servi de phare, au plus ,un répit.
Se relever d'un malheur n'est pas une joie..c'est un long chemin souvent désert.
Il y a joie et bonheur. Le bonheur est plus dans la durée. C'est une construction .
Le bonheur d'être en famille..toujours le bonheur est là. Une amitié nouvelle qui prend ses droits.

Je vois beaucoup d'attente dans la joie..c'est peut-être pour ça que j'y suis abonné du bout de la vie.
Thérapie de la joie..pas facile...

15 commentaires:

walkingthedog a dit…

Je crois que la vie mérite toute les thérapies, la joie m'en apparaît une adéquate.
:)...

Bérénice a dit…

C'est vrai Noèse, il y a une différence notoire entre joie et bonheur... la joie est imprévisible, on ne la fabrique pas... le bonheur oui... ça se construit un bonheur...
Qu'en pensez vous Walk et Noèse ?

noèse cogite a dit…

Je crois que la joie est éphémère et que le bonheur..a besoin de lucidité, d'expérience, de renoncement de petites joies pour exister.
Quand on perd un bonheur, on perd tout ce que l'on a mis candidement, tout ce que l'on avait gardé au chaud..pour plus tard,,des économies de petits moments qui feraient du bien..
Peut-on perdre une joie?

Bérénice a dit…

Perdre une joie ??? Non je ne crois pas !
Quant au bonheur... encore... Boris Cyrulnik disait que "ceux qui surmontent un traumatisme éprouvent souvent une impression de sursis qui démultiplie le goût du bonheur et le plaisir de vivre ce qui reste encore possible"...
Par notre histoire et notre notre style affectif nous construisons notre propre bonheur...

noèse cogite a dit…

Intéressant,cette avenue du bonheur par Cyrulnic

Mots d'Elle a dit…

Moi je suis à 100% pour la méthode "essayons la joie"! Même si ça peut sembler artificiel parfois, j'ai remarqué que s'obliger à voir la vie avec des lunettes roses ( sans devenir complètement naïf non plus), rend plus fort, plus tonique, plus réactif, aux yeux des autres et à nos propres yeux aussi.C'est une forme d'état d'esprit je pense.
Quant au bonheur, c'est tout autre chose, c'est un ressenti très personnel dont il est difficile de deviner les contours exacts je pense.

lucia mel a dit…

joie et sourire... réapprendre à sourire, voir que c'est encore possible. Quand le visage peut de nouveau, doucement, s'illuminer de ce que nous avons de plus humain (divin ?) : le sourire.

Merci de nous faire partager tes moments de joie retrouvée.

noèse cogite a dit…

C'est une autre approche...on dirait que la joie provient d'un effort et qu'il est plus facile de dire l'aspect plus triste....hummm

noèse cogite a dit…

Lucia mel, sourire ...c'est déjà que l'on a beaucoup compris.

Bérénice a dit…

Dans le virtuel, certains commentaires sont des moments de bonheur mais aussi de joie et là il n'y a pas de différence... ;-)... n'est-il pas Noèse ?

Tifenn a dit…

Re-sentir la joie après tous les melheurs qui peuvent arriver, c'est comme reprendre une bouffée d'air. Ce sont pour moi, ces petites respirations qui permettent de vivre et aussi de se forger une vision du monde plus optimiste. Mais je dois dire que j'ai la chance de ne pas avoir frôlé le désastre insurmontable. Alors, la théorie c'est bien beau mais au fond...c'est la joie du courage ou le courage de la joie dont tu parles là. Merci de nous en faire prendre conscience!
Et un bel an neuf à vous madame.

noèse cogite a dit…

Merci Tifen! Oui le courage c,est ce que l'on a quand on n'a pas le choix:)

Bérénice a dit…

Message reçu Noèse ?

Balmolok a dit…

Quel superbe recul, comme une pause, une respiration entre les croches que la vie nous distille. Le beau est toujours là, là où souvent on ne l'attendait pas, dans la joie.
Mes plus grands bonheurs sont des petites joies...
et sur les lèvres un sourire béat !

noèse cogite a dit…

J'ai reçu un message pas Le FB!!!
au plaisir
Odile