samedi 3 janvier 2009

Sur le ciment il dort

Pas d'image pour représenter un homme qui dort au sol dans une grande ville avec une minuscule couverture qui n'habille même pas ses bottes hors saison.






Je m'approche sur le bout des pas, tout doucement pour ne pas réveiller le fauve qui dort par terre.
J'avance et me penche. Tente de trouver de l'argent..le dépose près de ses pieds. Tellement peur que de dessous de sa couverture, il se dresse d'un bond habité par la folie, la peur, le froid, l'alcool.
J'essaie de me dépêcher. J'approche le plus près possible de cet homme qui gît par terre.
Je veux cacher l'argent en dessous de son semblant de gravât..mais je suis apeuré.
Je ne peux pas l'aider mais je voudrais qu'à son réveil..il trouve deux choses: l'argent pour manger et que quelqu'un durant son sommeil à pensé à lui, un geste d'humain pour un autre humain.
Toute la misère du monde dans ce sommeil sur un trottoir de ciment.
Un itinérant couché dehors à -15.

5 commentaires:

Mots d'Elle a dit…

On aimerait donner davantage que de l'argent en effet, on aimerait donner tellement plus... Ton regard sur cet endormi dans le froid est rempli d'humanité en tout cas.

Bérénice a dit…

Pourquoi le plus souvent refusent t-ils notre aide ?
Pourquoi cette marginalisation souhaitée ?
Pourquoi choisissent-ils cette solitude ?
Et surtout que faire et comment ?

walkingthedog a dit…

Un geste simple mais pourtant difficile..

noèse cogite a dit…

S'arrêter devant la souffrance d'autrui n'est pas toujours à notre portée.
Merci de votre passage

lucia mel a dit…

je me rends compte qu'on est de plus en plus nombreux à avoir près de chez soi quelqu'un qui dort sur le ciment... je n'ai pas encore osé, moi, m'approcher.